Dimanche 9 Décembre

D’après l’étude malgré l’évolution du nombre de salariés dans les exploitations agricoles, leur reconnaissance dans notre société et la parité avec d’autres catégories professionnelles est très lente.

Il faut reconnaître que la population est très hétérogène et que 85% des effectif sont sous contrat à durée déterminée. Ces emplois attirent de moins en moins les ruraux et les salariés venant des villes n’apprécient pas la pénibilité du travail, les horaires décalés, le manque de perspective d’évolution et le faible revenu dans ces professions. Toute ces contraintes rendent le recrutement difficile pour les employeurs.

Pourtant le législateur apporte quelques facilités pour embaucher et fidéliser les salariés : Le statut d’intermittent, les groupements d’employeurs ou le TESA (Titre Emploi Simplifié Agricole).

Tout cela ne suffit pas à donner une cohésion et une identité aux salariés agricoles qui s’identifie plus dans un style de vie que dans un métier.