Dimanche 9 Décembre

Un agnelage bien préparé, une bergerie optimisée !

Il est impératif de travailler dans une bonne organisation pour optimiser les agnelages. Il faut pouvoir manipuler en ayant son matèriel propre et à proximité, et éviter tous stress supplémentaires lors d'interventios urgentes.


1) La préparation de la bergerie
 - penser à enlever le fumier 15 jours avant les premières mises bas. il faudra également désinfecter le bâtiment.
- prévoir des cases d'agnelages (2 m3) : une dizaine pour 150 brebis (si les mises bas sont étalées).
- prévoir des cases d'adoption (un peu plus grandes), en particulier pour les races prolifiques ou les races peu maternelles. Elles faciliteront les têtées et les adoptions. Il sera plus facile de contrôler d'éventuelles mammites.
- le bâtiment ne doit pas avoir de courrant d'air (froid).


2) Le petit matériel
- le pésaire (à mettre dans le vagin de la brebis, jusqu'au col de l'utérus) : il évite le retournement vaginal; Il s'attache à la laine par des cordes.
- le pélican : onde oesophagienne,
- cordelettes,
- désinfectants, savon gynécologiques, gants, seringues, aiguilles ...


3) Les signes précurseurs
- La brebis a tendance à s'isoler (surtout pour les agnelages en extérieur), à bêler, à s'allonger sur le côté.
- La ligne du dos s'affesse.
- Il peut y avoir apparition du sac allantoïdien.


4) Les interventions au cours de la mise bas
En règle générale, aucune intervention est nécessaire, sauf pour les races à gros gabarit (Ile de France), pour les agnelles, les brebis âgées (trop fatiguées). Des agneaux peuvent être dans une mauvaise position, ou coincé par un autre agneau.
Par contre, la régle est simple : si vous devez manipuler, il avoir les mains propres, ne pas trop à avoir à forcer (risque de traumatismes pour la brebis, changement de position de l'agneau, ...) et tirer dans le sens naturel (quand l'agneau commence à sortir, il faut le tirer vers le bas, incurvé.


5) Les interventions après la mise bas
Si la mise bas se passe bien, il n'est pas necessaire d'intervenir de suite. Mieux vaut laisser la brebis et ses agneaux faire connaissance et se poser.

- Dégager les voies respiratoires de l'agneau : enlever le mucus au niveau des narines, lui châtouiller les narines avec un brin de paille.
- Pendre l'agneau par les pattes arrières (influx sanguin et évacuation du mucus restant). Si l'agneau a beaucoup de difficultés à respirer, lui administer du toni-cardiaque.
- Si l'agneau reprend sa respiration, le laisser avec sa mère pour qu'elle le sèche (paille propre), voire les isoler dans un coin.
- Désinfecter le cordon ombililcal (plusieurs fois en 48 h).
- Vérifier l'état et la propreté de la mamelle (extraire quelques jets de lait). Il sera peut être necessaire d'allaiter artificiellement des agneaux si la brebis n'a pas suffisament de lait.

Dans tous les cas, il est impératif que l'agneau ait bu dans les premières heures. Il est préférables d'administrer aux brebis les vitamines AD3E et du sélenium aux agneaux à la sortie des cases d'agnelage.


6) L'allaitement artificiel
Il est impératif de laisser à la brebis un agneau par quartier en bon état. Il faudra donc retirer les agneaux dont la mère n'a pas de lait.
- Les faire têter impérativement 3 fois par jour (4-6 fois les premiers jours pour les plus faibles). Il faut faire des lots (par âge ou état).
- Nettoyer la "biberoneuse" avant chaque distribution (bien lire les indications d'usage).
- Commencer les granulés et le foin de qualité (luzerne) dès 2 semaines pour qu'ils en prennent l'habitude.
- Arrêter l'allaitement quand l'agneau commence suffisament de granulés et de foin. Le sevrage peut être progressif ou brutal. Ce qui compte est le GMQ ...